unicnam

Menu
Connexion

Union des ingénieurs du conservatoire national des arts et métiers | Les Ingénieurs Cnam Alumni

  • LE Répertoire
  • Certificat IESF Labellis
  • Ingé Cnam Stories
  • Accueil
  • Nous Sommes
  • Histoire & Mission
  • Adhésions | Elève Ingénieur | Ingénieur | Diplômés Bac+5
  • Le Conseil d'Administration
  • Le bureau
  • Statuts et règlements
  • Assemblées générales
  • Le Congrès des Cnamiens 2019
  • Le Congrès des Ingénieurs Cnam 2021
  • Partenaires
  • Elève
  • Devenir Ingénieur Cnam
  • Formation Continue Hors temps de travail
  • Formation Ingénieur Professionnelle
  • Parrainage
  • Soutien au mémoire
  • Programme de Reconversion des Pilotes de Ligne
  • Ingénieur attitude
  • Ingénieur
  • LE Répertoire national
  • Certificat IESF Labellis
  • Ingé Cnam Stories
  • Alumni for The Planet
  • Exposé - Webinar
  • Réseau Territorial
  • Alsace, Franche-Comté, Lorraine
  • Aquitaine
  • Auvergne
  • Bourgogne
  • Bretagne
  • Forez Velay
  • Ile de France
  • Languedoc Roussillon
  • Limousin
  • Midi Pyrénées
  • Nord Picardie
  • Normandie
  • Nouvelle-Calédonie ( SLI )
  • Provence Alpes Côte d'Azur
  • Rhône Alpes
  • J'AdhèRe
  • COP 21 et suivantes : transition énergétique : quels bilans ?

    Par le professeur Jacques Foos

    Pour ce qui concerne l’énergie, deux événements importants ont marqué l’année 2015 dans notre pays. Le premier, d’objectif national, est le vote de la Loi sur la transition énergétique. Le second, s’est déroulé dans notre pays mais avait un rayonnement international sans précédent, à la hauteur des enjeux mondiaux : la COP 21.

     

    L’énergie est indispensable à la vie et au développement économique. Les sources d’énergie sont nombreuses et variées mais, comme beaucoup de processus industriels, revêtent des avantages et des inconvénients. Or le problème du réchauffement climatique et son impact sur l’environnement s’est invité au débat énergétique. Les sources d’énergies les plus utilisées depuis 150 ans sont émettrices de gaz à effet de serre : GES (émissions qu’il convient d’éviter ou du moins de diminuer drastiquement), d’autres sont non-émettrices de GES mais soit sont intermittentes comme l’éolien ou le solaire soit rejetées par certains comme l’est l’énergie nucléaire en raison de dangers potentiels importants. De plus, le recours massif au photovoltaïque entraîne l’épuisement des ressources en métaux rares sur toute la Planète.

     

    Comme on le voit, les choix sont difficiles. Quelles seront les sources d'énergie privilégiées pour demain ? Quelle est la politique mondiale de la recherche ? Quelles stratégies ? Et la France dans tout ça ? Elle a un rôle industriel à jouer sur le plan mondial dans un marché qui s’évalue en milliers de milliards de dollars sur les 3 prochaines décennies. Comment se place t-elle face aux autres pays ?

     

    Enfin, le problème n’est-il pas avant tout la démographie galopante mondiale : chaque jour la Planète se peuple de 233 000 Terriens en plus. Nous sommes 7,8 milliards d’habitants sur la planète

     

    Nous risquons d’être entre 11 et 12 milliards en 2050 (alors que l’on tablait il y a 15 ans sur une population mondiale comprise entre 9 et 10 milliards).

    On le voit, les débats risquent d’être intéressants, à la hauteur des enjeux !

    Écrit par Christine Siri le 21 juin 2021 à 16:44 Retour